Les sources de MOULINS situées à BOUXIERES AUX CHENES représentent 70 % de l’approvisionnement en eau du Syndicat des Eaux de Seille et Moselle. L’eau des sources de moulin provient d’un plateau calcaire occupé pour 46 % par l’activité agricole et 54 % par l’activité forestière.


 

plan
plan
sources de Moulin

En 1892, la ville de NANCY cherchait à se procurer de l’eau de source pour augmenter ses ressources en eau potable, des prospections furent donc menées en vue de la captation des sources de MOULINS puis le projet fut abandonné.

Au lendemain de la guerre 1914-1918, tous les villages de la Seille étaient partiellement ou totalement détruits, l’alimentation en eau potable n’existait plus et les puits creusés dans les sols des rues étaient contaminés.

Au départ « le Syndicat des eaux de la Seille » était constitué de 15 communes auxquelles s’est rapidement rattachée la commune de BOUXIERES AUX CHENES.

Le captage de Moulin a été réalisé entre 1923 et 1926 par la société des eaux etd’assainissement de Paris. Le captage est composé de deux galeries, une galerie basse de 160 m de longueur, accessible par les regards 1, 2 & 3 et une galerie haute de 130 m de longueur, accessible par le regard 4 et un puits d’aération. L’ensemble du réseau de galerie est visitable sauf une partie de la galerie haute.

Le Syndicat des Eaux de la Seille alimentait en 1923 près de 5000 habitants. Aujourd’hui, le Syndicat des Eaux de Seille et Moselle assure l’alimentation en eau de 8500 habitants et sécurisation de 3000 soit un total de 11500 consommateurs d’eau.

Sources  : «  Les gens de Borères présentent Le captage des Eaux  » et Rapport THERA 2012 : télécharger le document

source

 

Galerie haute

source

 

Galerie haute

source

 

Galerie basse

source

 

Galerie haute

sources de Moulin

La ressource en eau des captages de Moulins est abondante puisqu’elle permet un débit moyen journalier de près de 1900 m3/j.

Néanmoins, compte tenu du contexte géologique (plateau calcaire avec terrains superficiels), cette ressource est très vulnérable.

Si l’eau de MOULINS est généralement bonne sur le plan bactériologique, elle présente depuis  1996 des écarts de qualité par rapport aux nitrates et parfois en phytosanitaires.

Les nitrates

Ainsi, les concentrations en nitrates depuis 1978 montrent plusieurs dépassements du seuil des 50 mg/litre qui est la limite définie dans l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Les plus fortes concentrations ont été atteintes entre 1990 et 2000. Des actions agricoles ont été mises en place depuis 1998. Si globalement la situation s’est améliorée des pics au-delà des 50 mg subsistent encore.

Historique des concentrations

en nitrates entre 1978 en 2012 (mg/l)

nitrates

Les effets sur la santé associés au nitrate sont surtout avérés pour les nourrissons :

«  Au-delà d’un certain seuil de concentration, les nitrates peuvent engendrer, chez les enfants et surtout les nourrissons très sensibles à une absorption trop importante, un empoisonnement du sang appelé une méthémoglobinémie, ou encore maladie bleue. Les nitrates ne sont pas nocifs en soit pour la santé. Mais sous l’action d’une bactérie présente dans le corps humain, ils se transforment en nitrites. Ceux-ci oxydent l’hémoglobine du sang qui ne peut plus fixer l’oxygène, ce qui perturbe la respiration cellulaire. »

Source  : CNRS

Les produits phytosanitaires (ou pesticides)

Les pesticides les plus fréquemment retrouvés sont l’atrazine ainsi que ses dérivés. D’autres pesticides, notamment des désherbants pour la culture du colza et autres désherbants sont également retrouvés, notamment dans des analyses de 2013.
La norme retenue est fixée à 0.1microgramme/litre pour une molécule et 0.5 microgramme par litre pour l’ensemble des molécules.

Pesticides et santé :

« La difficulté avec les pesticides est qu’ils forment une famille très nombreuse : plusieurs centaines de molécules très diverses sont en effet utilisées. En outre, dans la nature, ces molécules se dégradent, et ce faisant en génèrent d’autres. Or les toxicités de chacune de ces substances, pesticides et produits de dégradation, diffèrent et sont mal connues pour la plupart, l’incertitude portant sur les effets à long terme de doses infimes mais répétées. Certains d’entre eux, comme l’atrazine, un herbicide utilisé dans la culture du maïs, sont cancérigènes. D’autres seraient susceptibles d’avoir des effets négatifs sur la fertilité masculine ».

Source  : CNRS

sources de Moulin

La Déclaration d’Utilité Publique (DUP)

Depuis 2006, les sources de Moulins font l’objet d’une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) qui émet un certain nombre de restrictions, notamment dans les périmètres de protection rapprochée.

goutte Les périmètres de protection de captage correspondent à un zonage établi autour des points de captage d’eau potable. Leur mise en place de tels périmètres est obligatoire (art. L.1321-2 du Code de la santé publique). Cette protection comporte trois niveaux déterminés selon les risques de pollution et de vulnérabilité du captage.

goutteLe périmètre de protection immédiate autour du point de prélèvement, dont les terrains sont à acquérir en pleine propriété par la collectivité et dans lequel toutes les activités susceptibles de provoquer une pollution sont interdites ou soumises à des prescriptions particulières (construction, activité, dépôts, …)

goutteLe périmètre de protection rapprochée à l'intérieur duquel peuvent être interdites ou réglementées toutes activités  ou installations portant atteinte directement ou non à la qualité des eaux ;

goutteSi la situation le nécessite, un périmètre de protection éloignée, à l'intérieur duquel les activités et installations peuvent être réglementées. Ce dernier périmètre n'est donc pas obligatoire

DUP des sources de MOULINS à Bouxières aux Chênes (31/10/2006)

Les Zones Soumises à Contraintes Environnementales (ZSCE)

De nouveaux arrêtes ont été pris pour les sources de MOULINS en 2013. Ils concernent la délimitation d’une zone de protection ainsi que l’élaboration d’un programme d’actions qui s’inscrivent dans un nouveau dispositif réglementaire relatif à certaines Zones Soumises à Contraintes Environnementales (ZSCE).

goutte Les Zones Soumises à Contraintes Environnementales est un dispositif complétant celui des périmètres  de protection des captages afin de limiter l'érosion, protéger les zones humides ou les aires d'alimentation  des captages.

La loi sur l'eau et les milieux aquatiques n°2006-1772 du 30 décembre 2006 a institué les aires d'alimentation  des captages (art. L.211-3 du code de l'environnement). Ces aires peuvent être régies par les dispositions  relatives aux ZSCE.

La délimitation des ZSCE est faite par arrêté du préfet, après avis du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques, de la chambre départementale d'agriculture et, le cas échéant, de  la commission locale de l'eau (art. R.114-3 du code rural).

Le programme d'actions

Le programme d'actions concerne en premier lieu les pratiques agricoles. Les mesures envisagées peuvent  concerner (par exemple) la conversion de terres cultivées en prairie permanente, la gestion des intrants  (fertilisants, phytosanitaires, etc.) …

D'autres actions sont également à envisager, selon les résultats de l'étude diagnostique, auprès des collectivités,  des particuliers ou des professionnels, notamment pour la réduction de leurs utilisations de produits  phytosanitaires.

Le préfet dispose également des outils réglementaires pour rendre certaines des mesures obligatoires s'il en juge la mise en œuvre volontaire insuffisante (art. R.114-8 du code rural). Dans ce cas, le financement au titre  des MAE n'est plus alors possible.

Arrêté sources de MOULINS du 30 septembre 2013 définissant l’aire l’alimentation du captage

Arrêté sources de MOULINS du 14 octobre 2013 définissant le Programme d’action

Cartographie des différents zonages

cartographie
sources de Moulin

goutte Couverture des sols en période de drainage (mise en place de Cultures Intermédiaires Piège à Nitrates (CIPAN).

goutte Destruction mécanique des CIPAN

goutte Tenue d’un cahier d’enregistrement des pratiques

goutte Stockage de la matière organique en dehors de la zone de protection

goutte Accompagnement des agriculteurs sur la fertilisation azotée et la gestion des assolements

goutte Accompagnement des agriculteurs sur la gestion des produits phytosanitaires

goutte Maintien ou remise en herbe des parcelles situées sur la zone la plus contributive

goutte Mobilisation de l’outil foncier

goutte Maintien des surfaces boisées sur la zone de protection

goutte Reboisement de parcelles sur la zone de protection...

La mesure la plus forte consiste à la remise en herbe de 50 ha sur la zone jugée la plus contributive.

 

Pour y parvenir, un programme d’acquisition foncière a été établi afin de permettre au Syndicat des Eaux d’acquérir des terrains et de pouvoir réaliser des échanges avec les agriculteurs concernés. Pour cela le Syndicat des Eaux travaille en partenariat avec la SAFER Lorraine et une veille foncière est établie sur une quinzaine de communes.

 

Nous Contacter

  • ___25 route de Pont à Mousson, Nomeny
  • ___B.P. 13 / 54610
  • ___03 83 31 43 73
  • ___siaep.seille-moselle@wanadoo.fr

Demandez votre route

Donnez votre adresse et nous vous planifions un itinéraire.